Honte à la fermeture du Centre d’art du Château de Tanlay !

L’artiste Danielle Marie Chanut nous a fait suivre ce courrier du sculpteur Alain Bresson, courrier qu’elle a reçu en décembre 2016 :

Outre la tristesse de la fermeture d’un lieu d’exposition quelle qu’en soit la raison, en l’occurrence une question d’argent … c’est un acte qui n’est pas anodin dans la vie des hommes. Cela va au delà ! Fermer un centre d’art, ce n’est pas comme priver les hommes d’une paire de chaussures, d’un manteau pour l’hiver, d’un parapluie, d’un plat de pâtes, d’une voiture trop gourmande en énergie ou d'une boite de bonbons … Fermer un centre d’art c’est un peu comme si on déconnectait quelques neurones de nos cerveaux. Peu importe qu’une partie de la population n’aille pas regarder des œuvres d’art, l’histoire des hommes est ainsi faite. On ne peut obliger personne à visiter une exposition et à être face aux résultats de la pensée des artistes, que ce soit aux travers de peintures, de sculptures, de photos, de vidéos, de livres, ou d’architectures.


Les dirigeants des centres d’arts sont les passeurs indispensables des œuvres des artistes vers le grand public. L’art n’est pas affaire de fric, l’art n’est pas affaire de rentabilité. Supprimer l’argent et les artistes continueront à créer. On ne choisit pas d’être un artiste, on ne choisit pas d’en faire sa profession, tout comme on ne choisit pas d’être un femme ou un homme. L’art est au delà ! L’art c’est la base de l’évolution des esprits … l’art c’est le véhicule dont se servent toutes les religions pour exister. Ce ne sont pas des prêtres qui ont construit des églises, quelles qu’elles soient, ce ne sont pas des hommes d’églises qui ont décoré ces lieux sacrés ou pas. Non !! On a fait appel à des artistes car eux seuls savent faire passer l’indicible.

Les artistes de tous temps ont été et sont en avance sur leur époque, les artistes de tous temps ont été censurés par les petits esprits. Dans les démocraties les artistes sont protégés tant on sait qu’ils sont indispensables à l’évolution de la nature. Ce n’est pas le hasard si dans les dictatures ils sont poursuivis, censurés, internés torturés. Peu importe que des œuvres soient parfois obscures ou irréalisables … ce ne sont pas des ingénieurs qui ont envoyé des hommes sur la lune, ce sont des artistes qui un jour ont émis l’idée de construire un navire pour la rejoindre, une fois cette idée lancée dans le vide, des êtres rationnels ont construit des navires pour y aller.

Fermer un centre d’art c’est fermer une source d’eau, fermer un centre d’art c’est couper la source qui irrigue nos vies. Les artistes créent quelque soit leurs conditions, reconnus par autrui ou pas, peu importe ! Ils créent, ils pensent, ils tâtonnent, ils s’épuisent, ils trouvent, ils ouvrent des portes, ils les claquent, ils tempêtent, ils s’automutilent, ils se libèrent, ils s’endorment, ils rêvent ce que les hommes” normaux “ ne peuvent pas rêver. Tout est prétexte à leur “folie d’imaginer d’autres folies “.
Ils ne montent pas dans les nuages ! Non, ils s’y installent et ouvrent la pluie en y mélangeant des potions secrètes pour la vie.

Fermer un centre d’art c’est supprimer un nuage …. Fermer un centre d’art c’est fermer la machine qui va faire le lien entre l’esprit des artistes et l’esprit de ceux qui ne le sont pas.

Fermer un centre d’art c’est boucher une source qui sort du ventre de la terre. Même si beaucoup n’iront pas regarder la source qui sort du sol, à un moment ils boiront cette eau à 100 mètres ou 100000 km de là.

Voilà pourquoi fermer un centre d’art c’est un drame. Je sais que d’aucun s’en réjouiront avec des formules toute faites bien pensantes “ c’est du pognon balancé aux nantis “ou “ ont ferait mieux de boucher les nids de poules sur la routes" … etc. etc. etc. Que n’ai je pas entendu depuis toujours “ mais à quoi tu sers dans la vie ? “ ou “ pourquoi tu ne fais pas un métier normal" ? Alors parfois je réponds en souriant “ c’est vrai je ne sers pas à grand chose c’est comme la musique, la littérature, la sculpture, la peinture, le cinéma, la photographie, l’architecture …. Mais essayer d’enlever tout cela et peut être vous comprendrez ce qu’est le vide “.

Dans toutes les sociétés riches ou pauvres les hommes n’ont cessé de mettre de l’art dans leur vie …. à travers un dessin dans le sable, un bijou sur leur corps, une plume dans les cheveux, un dessin fait de boue sur le visage … Oui ! Toutes les sociétés ont besoin d’enjoliver leur regard ou de se regarder elles-mêmes … Les artistes servent surtout à cela.

L’histoire du monde a du commencer comme ça : un jour un homme a reçu une feuille d’arbre sur les cheveux, alors un autre homme un peu fou a trouvé que c‘était bien et a eu l’idée et la réflexion d’en déposer une autre à coté de la première …. Voilà à quoi servent les artistes : à poser une feuille d’arbre à coté d’une autre sur la tête d’un autre et ainsi de suite !

L’art c’est permettre à autrui d’aller là où les autres ne vont pas. Priver les artistes de sortir d’une fontaine c’est priver les hommes de la vie. Voilà pourquoi un centre d’art doit exister et cela d’autant plus dans un département en errance.

Outre cela, en conséquence fermer un centre d'art c’est offrir une large porte d’entrée à l’obscurantisme, à la censure, à la bêtise, à l’intégrisme qui s’étend chaque jour un peu plus. Si tout ce cloaque passait par un soupirail… Aujourd'hui il passe sur un boulevard et certains se réjouissent d’inévitablement envoyer leurs congénères dépérir à petit feu. Je sais de quoi je parle puisque j’ai du faire face à la censure et à l’intégrisme. Et ça c’est grave ! Très grave…. et aussi vraiment très très angoissant pour l’avenir.

Ce mot de « rentabilité » me fait froid dans le dos… Non l’art n’est pas rentable, tous les artistes le savent et si les artistes se mettaient à être rentables, bien des musées, bien des lieux d’art n’existeraient pas… N’oublions pas que bien souvent ils prêtent gratuitement leur œuvres. Mais il s’agit là d’un autre sujet de réflexion.

Tanlay c’était cela. Montrer le monde où des hommes mettent des feuilles d’arbres dans les cheveux … ça sert juste à faire sourire et rêver des enfants. Aujourd’hui dans nos sociétés abondantes où tout s’achète il est plus que nécessaire d’offrir des feuilles d’arbres à des enfants. Avec une feuille dans chaque main ils décolleront et feront vibrer la vie. Fermer Tanlay c’est empêcher des enfants de voler. Fermer Tanlay c’est oublier de montrer aux hommes ce qu’ils sont et ce qu’ils pourraient être.
La dernière exposition sur le Bénin en est la preuve éclatante : avec trois fois rien les artistes présents nous ont expliqué la force de leur pensée et un regard fulgurant sur nos sociétés d’abondance.

Alain Bresson : sculpteur, créateur de " La forêt des géants verts" à Argentenay
Et Marie Laure Hergibo : plasticienne, ex responsable des expositions du Centre culturel de l’Yonne, ex chargée de mission pour les arts plastiques et les musées en Champagne Ardennes

Appel au soutien de ce texte contre la fermeture du centre d'art de Tanlay !
Premiers signataires : Jean-Jacques Gleyzal – ancien président du frac de Bourgogne – et Marie-Louise Gleyzal, collectionneurs

À propos de Françoise MONNIN

Rédactrice en chef du magazine ARTENSION
Cette entrée a été publiée dans Points de vue. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong> <font color="" face="" size=""> <span style="">